Au vu de mes derniers travaux et comme j’ai toujours quelques doutes avant de commencer ces projets, j’ai décidé de me faire une sorte de « post it » en blog, en espérant que ça puisse aider d’autres personnes dans le même cas :).

Alors ce kakémono, comment on le travaille?

 

Tout d’abord je tiens à préciser que ces astuces sont personnelles en fonctions des expériences que j’ai pu avoir…

Il est évident qu’il faut voir tout d’abord avec l’imprimeur de votre choix quelles sont les règles et contraintes à respecter pour lui et sa façon de travailler (qui peut bien varier les uns des autres)…

La mise en page

Et oui, commençons par ouvrir un document du bon format, ça aidera au choix des éléments et polices…

En général on travaille à 25 % ou 1/3 du format final; cela évite d’avoir des fichiers trop lourds, mais il permet de travailler avec détail et précision.

Cela veut dire que si on veut créer un roll-up de 85 x 200 cm par exemple, et bien on ouvre un document Indesign, Illustrator ou autres logiciels PAO(pas de Word ou Excel svp!) de 28,33 x 66,66 cm.

Selon le support choisi, il faudra se renseigner sur les bords perdus à prévoir.

Images / photos

Pour l’impression de documents aussi grands, il est inutile d’avoir une image de 85 x 200 cm à 300 dpi. Une résolution à format final de 100 à 150 dpi devrait être suffisant pour obtenir un bon résultat.

le mode colorimétrie doit être du CMJN et lorsqu’on travaille à une échelle de 1/3 ou 1/4, les images doivent être importées à maximum 100% et en 300 dpi. C’est en agrandissant le format du document que les images passeront à 15à ou 100 dpi et c’est pour cela qu’il faut avoir une bonne résolution au départ.

Pour le format des images; privilégier EPS (compressé en JPEG) ou TIFF.

Logos ou illustrations

Le format le plus approprié pour ces éléments c’est du vectoriel.

Polices

Pour les textes, encore une fois, il est intéressant de connaître la façon de travailler de l’imprimeur et quels sont les types de polices acceptés.

Il se peut que les documents soient demandés avec des textes non vectorisés et accompagnés des polices choisies, mais personnellement je préfère m’assurer que tout est bien vectorisé et câlé. (n’oubliez pas de garder les fichiers sources non vectorisés pour d’éventuelles modifications ultérieures, on ne sait jamais…)

Format final

Certains imprimeurs acceptent de recevoir les fichiers en .ai, .eps ou .psd, mais en général l’envoi du fichier final se fait en PDF (toujours couleurs CMJN…) haute définition avec ou sans bords perdus.

 

J’espère que ce « post-it » pourra en aider plus d’un :)

Pour me contacter : contact@b-creative.fr

Voir mon site : www.b-creative.fr